Sauvons notre école! D’accord, mais de quoi au juste?


Vous me connaissez, je ne plaisante pas avec les faits, et je vais donc commencer par deux faits incontestables:

  • Twitter tue mon blog à petit feu. Je passe beaucoup de temps chez l’oiseau bleu, je réagis en un tweet, je lis d’autres réactions et je passe à autre chose. Il suffit que l’idée de réagir avec un billet me traverse l’esprit pour que l’impression qu’il est déjà trop tard m’envahisse et me pousse à abandonner. Quand ils sont liés à l’actualité, mes billets ici prennent de ce fait, d’une certaine façon, une valeur spéciale.
  • L’école algérienne est dans un état lamentable. Le constat est fait depuis des années et est très largement partagé. C’est devenu l’objet de tellement de débats, d’écrits, de simples discussions; et beaucoup de monde imputent à cette école malade, au choix, notre sous-développement, la décennie noire, la faiblesse de notre société civile, l’intolérance réelle ou supposée de notre société, ou tout ça et plein d’autres choses à la fois. Ici-même nous avons écrit sur le sujet à plusieurs reprises et de diverses manières (voici une liste non exhaustive s’il vous prend l’envie de lire: 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8).

Mais le sujet est complexe et la passion qui l’entoure n’aide guère. Ajoutons à cela Continue reading

Advertisements