About MnarviDZ

Algerocentric.

Le prétexte


Un billet rapide pour illustrer cette notion de prétexte qui peut être subtile parfois et évidente d’autres fois.

L’école nous a parlé d’un célèbre prétexte, celui de l’éventail du Dey Hussein et de l’invasion de l’Algérie par la France. Mais voyons ensemble un autre que nous présente la Radio Algérienne qui reprend un communiqué du ministère de la défense nationale.

Le chef d’état-major de l’ANP a ainsi présidé une cérémonie de remise de prix pour la meilleure oeuvre scientifique, culturelle et médiatique en 2018. J’ai vu la longueur de l’article et j’ai pensé y trouver des informations détaillées sur les lauréats et leurs œuvres ainsi que la dotation des prix, mais seul le nombre des prix distribués par spécialité nous est donné dans le tout dernier paragraphe. Le reste de l’article, autant dire sa quasi-totalité étant dédié à la reprise du discours du général, objet réel et essentiel de cette remise de prix et de ce communiqué. A moins que ce ne soit involontaire et que l’auteur du communiqué n’ait simplement pas jugé utile de nous informer sur les œuvres primées. Que le journaliste de la radio n’ait pas cherché à en savoir davantage n’est pas une surprise. Continue reading

Advertisements

Rêver et faire


J’ai écrit un certain nombre de book reviews et je n’en suis en général pas très satisfait. Il m’est d’autant plus difficile d’en écrire quand j’ai apprécié le livre en question, ce qui explique le ratio de reviews positives/négatives proche de 1 (oui, ce n’est pas juste que j’aime casser). Ce qui explique aussi que j’utilise parfois les book reviews pour parler d’autre chose.

Ça va être le cas aujourd’hui avec le premier roman de Malek Haddad, La dernière impression, publié en 1958 chez Julliard et en 2015 pour l’édition que j’ai (Média-Plus). Je suis fan (je ne dis pas ça souvent) des écrits de Haddad et je regrette énormément sa décision de ne plus écrire, même si je comprends et respecte ses raisons. Il nous a privés de son talent et d’une grande production d’une beauté sublime, d’une sensibilité extrême et d’une expression si précise. J’ai adoré lire Continue reading

لالمان ماشي خير منّا


Ramadhan Karim chers lecteurs de PoF, que vous jeûniez ou non, que vous soyez musulmans ou non. Et c’est en ce mois sacré que je reviens au blogging; qui disait que Sidna Ramdhan était le mois de le paresse, hein? V’la dans ta gueule, toi le caricaturiste adepte du recyclage et qui manque d’imagination et de finesse.

Je reviens donc avec deux changements:

  • PoF change de langue officielle et adopte le français. Non, ce n’est pas parce que je serais un colonisé francophilophone mais surtout parce que mes posts passés écrits dans la langue de Voltaire ont été plus vus et partagés que les autres. Les sujets qu’ils traitaient y sont probablement pour quelque chose mais la langue aussi. Amis lecteurs anglophones, vous n’aviez qu’à lire, commenter et partager davantage mes autres posts. Mais rassurez-vous, on n’est pas à l’abri d’un retournement de situation, l’Etat algérien n’ayant pas encore exporté sa stabilité chez PoF.
  • Dicidit de rejoindre le camp des farhanines (cf. Twitter pour savoir ce que c’est) et assimilés/associés. Je vais glorifier notre État, son armée, sa gouvernance et sa politique économique et sociale, son traitement des migrants subsahariens et sa gestion des conflits avec les médecins résidents et autres. Je dirai bravo et trouverai fantastique et fabuleuse cette journée internationale du vivre-ensemble lancée chez nous et la considérerai comme une avancée l’arrière forward (pour mon lectorat English). Et plus que tout, je soutiendrai fakhamatouhou au point de rendre Djamel Ould Abbes et les adeptes de la Zaouia Belkaidia jaloux. Ne protestez pas, mes posts contre le quatrième mandat (ici, ici et ici entre autres) ne m’ont mené nulle-part et, avouons-le, un bloggueur/youtubeur/facebookeur anonyme risque bien plus qu’un journaliste en Algérie. Là, par contre, l’Etat algérien a complètement converti PoF et votre serviteur à la culture des promesses non tenues et je ne peux donc m’engager sur ce second changement ou, devrais-je dire, métamorphose.

Bref, ce post entre dans le cadre de ces changement et c’est ainsi que je crie haut et fort, l’ancien premier ministre Abdelmalek Sellal avait raison, lalmane mashi khir menna. Et j’ai la preuve! Continue reading

“Et frappez-les au-dessus de la nuque”


Ce matin, pendant que j’écrivais ce commentaire et après avoir consulté ma TL Twitter de la veille, je me suis dit que si un jour il m’arrivait d’écrire un Zabor ou un Sator, “Et frappez-les au-dessus de la nuque” serait la première phrase que j’y mettrais. Je vais vous raconter une histoire et vous allez comprendre. Continue reading

… And the Prime Minister Ennahar


The President watches France24 and the Prime Minister Ennahar. This is the sequel of my 2012 post. It was 5 years ago but it feels like a 100 years. The president could speak even though he didn’t speak to the Algerian press, and he could rule even though he was a 3/4 president. Now he neither speaks nor rules and he doesn’t only watch French TV (does he watch TV at all?) but he also goes to French hospitals.

But thank God, whoever are the bosses now have appointed Ahmed Ouyahia as the government’s new Prime Minister and the man watches an Algerian TV channel. Continue reading

De polémiste à psalmiste, ou de la magie des médias


Algerian author Kamel Daoud has released a new book titled “Zabor”. The book, which I tried to read but gave up after a few pages, was released both in Algeria and France, and the author is currently marketing his book on French media after a book signing tour in some Algerian bookshops. And, as one may have anticipated, Daoud and his journalist hosts (whom I should call sparing partners) do not miss this opportunity to come back on those topics which seem to obsess them with a bias that is equally anticipated.

I mentioned Daoud in a few posts (links given above) but I was satisfied this time with my tweets and had no plan to write one this time. One of the blog’s readers decided otherwise so here I publish their post, unedited. I take this opportunity to remind you dear readers that PoF is open to any contribution that’s within the blog’s scope and editorial policy.

 

Kamel Daoud est chroniqueur, ça je le sais depuis une bonne dizaine d’années déjà. Je lisais ses chroniques, de façon irrégulière, sur Le Quotidien d’Oran. Je n’ai pas le souvenir d’une en particulier, mais elles étaient percutantes pour certaines… Quand ou comment est-il devenu cette étoile du Nord qui indique le chemin et guide l’égaré? ça par contre, je l’ignore…

Cette question m’a traversé l’esprit quand avant-hier, et à l’occasion d’un passage sur Europe1, la chaîne de radio française, le chroniqueur, devenu écrivain depuis, a encore une fois créé le buzz sur les réseaux sociaux. Un buzz provoqué par un tweet “orienté” d’un journaliste d’Echorouk. Et pour la énième fois, sur vos écrans tactiles, la polémique s’enflamme…
Continue reading

Confessions of a former Algerian pupil who’s never cheated


Click for source

I am not sure how to introduce this post for it is going to be the first personal one I write on this blog (more may follow if the views number is equivalent to those of my previous posts). I thought of speaking about the Algerian education system and its flaws, the current “basmala” controversy which is but one of the many controversies surrounding the Algerian education department and Nouria Benghabrit, the minister. I also considered commenting this past Baccalaureate scandal with the now traditional cheating episodes and all the useless measures taken by the government to prevent them (including internet nation wide total or partial shut-down). That would be an apt introduction for a post about me not cheating when I was a pupil but that would be a too long introduction. So let’s keep it at this and go right to the main topic 🙂 Continue reading

Sauvons notre école! D’accord, mais de quoi au juste?


Vous me connaissez, je ne plaisante pas avec les faits, et je vais donc commencer par deux faits incontestables:

  • Twitter tue mon blog à petit feu. Je passe beaucoup de temps chez l’oiseau bleu, je réagis en un tweet, je lis d’autres réactions et je passe à autre chose. Il suffit que l’idée de réagir avec un billet me traverse l’esprit pour que l’impression qu’il est déjà trop tard m’envahisse et me pousse à abandonner. Quand ils sont liés à l’actualité, mes billets ici prennent de ce fait, d’une certaine façon, une valeur spéciale.
  • L’école algérienne est dans un état lamentable. Le constat est fait depuis des années et est très largement partagé. C’est devenu l’objet de tellement de débats, d’écrits, de simples discussions; et beaucoup de monde imputent à cette école malade, au choix, notre sous-développement, la décennie noire, la faiblesse de notre société civile, l’intolérance réelle ou supposée de notre société, ou tout ça et plein d’autres choses à la fois. Ici-même nous avons écrit sur le sujet à plusieurs reprises et de diverses manières (voici une liste non exhaustive s’il vous prend l’envie de lire: 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8).

Mais le sujet est complexe et la passion qui l’entoure n’aide guère. Ajoutons à cela Continue reading

It is so hard to look South!


messahel_twitter

Click to visit his Twitter account

I mentioned in my previous post the accounts followed by Algeria’s minister of communication on Twitter and noted that they were telling on where his interests lie. This time I am going to dedicate the whole post to this topic using a newcomer on Twitter, our Minister of Maghrebi affairs, the African Union and the Arab League, Mr. Abdelkader Messahel.

The minister joined Twitter three days ago, and as I write this text he tweeted six times and follows 43 accounts. I expect (and hope) the situation to change in the near future but this post will still be valid as the 43 accounts are the first that he followed.

Continue reading

Algerian newspapers’ mottos


Algerian writer and current minister of communication, Hamid Grine, finally joined Twitter a few weeks ago. His first tweets announced the death of 86 yo Boualem Bessaih who had just been appointed personal representative of 79 yo Bouteflika. Bassaih was also a writer (I liked his “De l’émir Abdelkader à l’imam Chamyl” book) and a former minister of communication (1980 to 1984) hence Grine’s mention.
And exactly like most, not to say all, Algerian politicians (the few who use Twitter), Grine’s twitter account is not very active with so far only 23 tweets and following 21 twitter accounts. These accounts show that his world is restricted to Algeria (not all of it) and France.

dz_newspapersBut this low activity makes it easy to go through his tweets and this is how I found the one where he stated that only 21 Algerian daily newspapers had circulations of more than 10,000 copies per day.

The Algerian regime likes to boast  Continue reading