Book Review: Les Enfant des Frontières


Two weeks ago I was at a conference about the “refugees crisis” in Europe. The talk was given by a geographer researcher specialised in migrations, one who could have been among the 19 who signed the contribution in Le Monde refuting Kamel Daoud’s article in the same newspaper. A “bien-pensant” intellectual as Daoud’s friends would have called her (cf. this article in El Watan and a reaction to it in Le Matin) or simplistically a jealous person as prodigy Daoud himself would have called her had she been Algerian.

So there were maps, statistics and graphs with some geopolitics putting things back in their context. It was very interesting and informative. People should get access to such information to, at least, try to avoid situations such as having some former refugees who do not want their new country to take in new ones. Especially when a “renowned” journalist and writer implies that the new refugees come with a cultural sickness which makes them prone to violence and “that the disease is spreading to their own lands.”

The same happens in Algeria with the sub-Saharan refugees who either stay in the South or move farther to the Northern cities (dying, for some, while crossing the Sahara). In Bejaia (and elsewhere), you can see them, men, women, children and babies turned into street beggars or very low-cost workers in construction/farming fields. They rely on the locals’ generosity and also suffer from their animosity (some in Algeria say they’d spread their diseases – yes, it’s the bell ringing that you hear.)

So I though I’d write a very short review of a beautiful book on the times when our people were themselves refugees, pushed out by the French occupier’s policies and seeking refuge in neighbouring Morocco and Tunisia if not farther.

EnfantsDesFrontieresMany people in Algeria are familiar with the Army of the Frontiers because of the role it had in shaping the country’s power centres. People also know of the Algerian refugees’ existence, they read about the Challe and Morice lines and they heard of the Sakiet Sidi Youssef bombing in 1958 which we commemorated some 20 days ago and which reminds us of the solidarity between the Algerian and Tunisian people during the war.
But not many know much about these refugees’ lives. Abderrahmane Naceur, in 227 pages, shares his memories and gives some insights in this regard.

Before I speak of the book, I’d like to say a few words about the author. Abderrahmane Naceur was a psychologist specialized in education. At the USTHB, he researched the biology of behaviour. In 1958, Naceur went to Tunisia to help the people after the Sakiet Sidi Youssef bombing and there he had his first hand experience with the refugees. From 1958 and till the independence, he worked as the director of a school in a refugee camp, and this is the story he tells us in “Les enfants des frontières”, published in 1983 and again in 2009. After the Evian Negotiations ended, Naceur returned to Algiers using hitchhiking. There he founded the New Generation (Jil Jadid) Association and opened a school for the martyrs’ children. He wrote that he did it before the new government and its bureaucracy were set-up.
Abderrahmane Naceur died in August 2012. I may be wrong but I don’t think the Algerian officials paid him the tribute he deserved.

It is not easy for me to review this book. I guess I will just give, in bullets, some of the points or rather moments which I found interesting. I hope you will still want to read the book after reading the below.

  • When Naceur reached the school, he found that it was managed like a military camp with even a prison cell to punish the children. The first thing he did was to request that each boy keeps himself and his clothes clean. He also suppressed the prison cell because schools shouldn’t have one.
  • Naceur created a small republic in the school with ministries and workgroups. He also installed democracy with every project debated and voted. This not only motivated the boys who felt involved but also, as a consequence, set their imagination free with ideas’ flow never stopping. The school’s newspaper was one of the boys’ biggest challenges and achievements.
  • When the boys learn from a djoundi of the martyrdom of one of their comrades who joined the ALN and many of them, individually, write letters to Naceur with this text:
    • “Report to brother director, please allow me to fulfill my duty and join the maquis”,
    • And he answers with a letter, “To brother pupil, your duty is to learn, your pen is your dagger, your notebook is your battle field”.
  • On 1 November 1960, it is decided to celebrate the beginning of the War of Independence on Algerian territory with the Jounouds. The boys and teachers alike couldn’t stop their tears as they walked on their country’s soil and met those fighting for its liberation.
  • The night before Eid El Adha, when everyone is very sad and goes to bed believing that there wouldn’t be anything to celebrate, and then a generous Tunisian offers a sheep to the school bringing joy to and warming the boys’ hearts.
  • At some point, the boys are invited to spend their holidays in Czechoslovakia. There they meet with “comrades” from Eastern Europe but also lefts from Western Europe. They take the plane for the first time, they get acquainted with boys and girls from other countries. The Swedish girl Corinne’s infatuation with El Hachemi is touching. The feelings the Algerians (and the others) share when some of them win in one of the sports competitions that are organized is moving.

Going through the book, the reader gets to know each of the children, their personalities, their past and present, their dreams. The reader grasps their bitterness and hope and cannot but feel sympathy for them. Abderrahmane Naceur quoted Frantz Fanon who told him that “our children need to smile, nothing but to smile, just to smile” and Col. Mohamedi Said who told him that “they must be free men. Algerian needs free men”. He aimed at this in the refugees camp and then in the schools which he founded in Algeria. I am curious to know what have become of all his pupils.

At the end of the book the reader can see some old pictures of the author with the boys as well as a set of short dissertations written by the boys in Arabic and French about how they imagined independent Algeria and their role in it. Unfortunately all in a very low print quality as we’re used with most Algerian books.

And as today’s world seems to react only to images before quickly forgetting them, I share “Comme la pierre est a la pierre”, a UNHCR documentary directed by Stanley Wright about the Algerian refugees in Morocco. A Must watch and a call to the world’s humanity, empathy and altruism esp. with what we see these days at the Greece/Macedonia border or in Calais’s “jungle”.

11 thoughts on “Book Review: Les Enfant des Frontières

  1. Il est bizarre ce Stanley Wright… et Yul Brynner alors…. ils n’ont rien trouvé d’autre pour commencer leur film que de parler d’un Islam qui unit les croyants, et de leur solidarité? Et ils en rajoutent une couche avec un Hadith du Prophète (SAAWS) : « Le croyant est pour son frère tel un édifice dont les pierres se soutiennent les unes par rapport aux autres. »
    Mais où ont-ils été chercher cela? N’ont-ils pas lu les pensées libres de KD au sujet des réfugiés? des musulmans? et de leur culture d’enfermement?
    (c’est de l’ironie bien sur pour celui qui passerait par là et ne comprendrait pas😉
    Merci Mnarvi pour cette proposition de lecture, en effet, je chercherai le livre qui semble plus qu’intéressant, émouvant aussi…
    Ce phénomène des mouvements migratoires provoqués, pour ne pas dire ces vagues/masses de réfugiés qui semblent maintenant se mouvoir dans tous les sens, et pas seulement d’Est en Ouest (les Rohingas par exemple, dont personne ne veut) est une véritable catastrophe humanitaire. Quel malheur!
    Mais on (je) préférerait quand même que la “communauté internationale” arrête de provoquer des conflits, plutôt que de recevoir des réfugiés, qui de toute évidence, ne seront pas les bienvenus, chez ceux-là même qui bombardent leurs pays. De qui se moque-t-on?

    • La video est tres interessante et emouvante: les petits qui tremblent de froid ou pleurent de peur de ne pas avoir leur qashabia…

      Pour la communaute internationale ou les differentes coalitions qui “prouvent” la justesse de leurs guerres du seul fait qu’elles regroupent plus d’un pays… Well, certes, ils devraient arreter de bombarder les autres. Et ces derniers devraient travailler pour s’en premunir. Nous vivons dand un monde d’interets et de cynisme alors oui de qui se moque-t-on? Je reponds a la question rhetorique, des gens qui y croient, et ils sont trop nombreux…

      Sur KD, voici un n-ieme article sur le sujet. Celui-ci est interessant mais j’arrete la car c’est l’overdose.

      • Oui c’est la saturation, eng’ham’na:/ mais cet article est “excellent”! Il rectifie le tir, ou en moins belliqueux ;p il recentre le débat. Il ne s’agit pas de KD, le nombriliste, mais bien de ce qu’il a pondu.
        Je quote : ” une réponse déconstruisant la multitude de grossières généralités contenues dans le papier.”
        en effet, celle-là plus que toutes (peut-etre?) : “La femme étant donneuse de vie et la vie étant perte de temps, la femme devient la perte de l’âme.”😮
        Sepulveda n’aurait pas écrit mieux :))
        N.B : Juan Ginés de Sepulveda est de toute évidence l’ancêtre spirituel de Daoud.

        • Ca a repris de plus belle hier avec une Sellalite et l’article de Meddi qui reprend plus ou moins l’argumentaire de Daoud dans sa dechirante lettre d’adieu (tout en poursuivant ses chronique pour Le Point).

          Merci, je ne connaissais pas Sepulveda, j’ai lu sur Wiki, une personne charmante🙂

  2. On en est a quelle saison déjà?
    Meddi nous annonce solennellement que c’est “une première dans le monde arabo-musulman” mais trouve normal que le concerné n’assiste pas à ce procès? Drole de “symbole”!
    Son article ” contre-enquête” (modeste le type) n’apporte rien de nouveau sinon lier les deux affaires, celles de Hamadache, et de ses tribunes ratées pour (enfin, et concrètement) faire de ceux qui l’ont critiqué les complices de Hamadache et conforter KD dans son rôle d’incompris/martyr.
    Mais c’est nous qui n’y comprenons plus rien. D’un côté Meddi nous dit (en reprenant une déclaration de KD) : “En France, j’ai été frappé du fait que vous n’arrivez pas à redéfinir facilement les choses : qu’est-ce que la liberté (…) Vous avez une collection de tabous extraordinaires. Je me sens beaucoup plus libre paradoxalement quand j’exerce mon droit d’intellectuel en Algérie qu’ici”. Ou ça : “En Algérie on peut tout critiquer, y compris la religion ou certaines grandes figures de l’histoire nationale, mais cela doit rester entre nous”.
    Pourtant, il nous dit en même temps : “Ici, Kamel reçoit tout cela seul, isolé dans un pays où le débat est un pugilat, un procès d’intention.”
    D’un côté on a droit à ci : ” Choqué par la charge violente de la tribune qui l’accuse d’avoir essentialisé les musulmans en général et d’avoir joué le jeu du populisme droitier en Europe, le journaliste décide de se retirer du débat public, d’arrêter le journalisme”.
    Pour finalement aboutir à ça : “L’essentiel, ce n’est pas la polémique sur l’islamophobie avérée ou fantasmée de Daoud. C’est ce qui se passe ici, avec ce jugement et le combat de Kamel dans son pays, contre un régime vieux et des intégristes dangereux. C’est ici le centre. Eux, là-bas, avec leurs polémiques, sont à la périphérie.”
    KD il continue a écrire en Dinar alors?

    • Et puis juste quelques notes supplémentaires qui ne trouvaient pas leur place dans le commentaire précédent :
      Boudjedra qui parle des hammams inventés par les arabes😮
      Et KD qui nous informe que : “Aujourd’hui, tout acte littéraire est sur-politisé. La littérature devrait être un acte d’amusement et de sens.” On dirait pas à voir sa mine toujours renfrognée. KD s’amuserait alors?

      • Toujours dans la theorie de la deception amoureuse pour expliquer Kamel Daoud, je pense que la mine renfrognee est la pour faire mysterieux… Tu sais dans les series et les romans de Ahlam Mosteghanemi, l’homme est blesse interieurement, qui souffre et qui souris peu, ca le rend attirant… Bon, pardon, j’arrete mais je n’ai pas trouve de reponse intelligente a la question🙂

        PS: Hammam est un nom arabe non? CQFD!

    • J’avoue n’avoir retenu qu’une chose de l’article, sa conclusion ou il reprend l’argument de Daoud…

      Ces gens de l’autre côté de la mer, qu’ils l’attaquent ou le soutiennent, sont dans le confort de leurs propres institutions et espaces de débats, de leur tradition des polémiques intellectuelles apaisées. Ici, Kamel reçoit tout cela seul, isolé dans un pays où le débat est un pugilat, un procès d’intention.

      Schatz a aussi refait un article que je n’ai pas partage car il n’apportait vraiment rien, un resume en quelque sorte pour ceux qui n’auraient pas suivi. Decevant d’ailleurs Schatz dans sa lettre a Daoud ou, pour contrer avec des pincettes Daoud, il ecrit: :

      Après avoir lu ta tribune, j’ai déjeuné avec une auteure égyptienne, une amie que tu aimerais bien, et elle me disait que ses jeunes amis au Caire sont tous bisexuels. C’est quelque chose de discret, bien sûr, mais ils vivent leur vie ; ils trouvent leurs orgasmes, même avant le mariage, ils sont créatifs, ils inventent une nouvelle vie pour eux-mêmes, et, qui sait, pour l’avenir de l’Egypte.

      D’un on croirait qu’il illustre le propos de Daoud et de deux il se doit de parler de bisexualite, etc. pour prouver une certaine emancipation sexuelle.

      • Et comment que j’ai lu la “tendre” lettre de Shatz à son ami KD, aurais-je pu m’en prémunir dans ce climat d’intoxication générale?:/
        Mnarvi tu ne veux pas comprendre on dirait? Alors il va falloir te l’expliquer en te donnant quelques contre-exemples😉
        1- Lorsqu’un président des Etats-Unis d’Amerique, pratique la “délicieuse licence” (selon KD) dans le bureau officiel de la Maison Blanche, aux heures de travail et avec une stagiaire, ce n’est pas de la misère sexuelle, c’est bien de la créativité🙂
        2- Lorsqu’un président du FMI, pressenti à devenir président de son pays, viole une femme de chambre entre deux portes de sa suite luxueuse à New-York, il fait lui aussi preuve de créativité. Perversité? Misère sexuelle? Pffff… n’importe quoi!!!
        3- Lorsque l’un des plus célèbres/grands animateurs de la télévision anglaise, philanthrope qu’ils disent…décoré de l’Ordre de “jeneséplukoi” abusait de sa notoriété et de son action de “charité” pour justement abuser d’enfants malades dans les hôpitaux, lui aussi faisait preuve d’une créativité sans bornes, et on ne peut pas qualifier cela de misère sexuelle, voyons…
        4- Lorsque des partis en Allemagne soutenaient carrément la pédophilie, c’était dans ce même esprit créatif. Rien à voir avec de la misère sexuelle, propre (enfin…) aux musulmans!
        5- Lorsque des partis en Suède aujourd’hui appellent à dépénaliser l’inceste et la nécrophilie, voilà l’esprit créatif de l’Europe dans toute sa splendeur!
        6- Lorsque l’Eglise catholique qui interdit le mariage à ses “employés”, croule sous les dossiers de scandales sexuels en tous genres, ce n’est pas de la misère sexuelle “religieuse”, non, non et non!
        7- On finit ici, comme pour les sept pêchés capitaux🙂 Lorsque dans la même Cologne, chaque année le Carnaval de la ville enregistrait (avant l’arrivée des réfugiés “musulmans”) et enregistre encore cette année de multiples agressions contre les femmes, il ne s’agit pas de misère sexuelle là, mais vraiment de créativité. D’ailleurs un carnaval, n’est-ce pas la rencontre de toutes les créativités?

        Voilà la nouvelle vie, l’avenir pour le monde! Parole de Shatz :p

        • Je beaucoup ri avec tes deux derniers commentaires (Merci!)
          En fait, Daoud qui demande a l’Europe d’eduquer ou formatter les esprits des refugies/migrants avant de les accueillir, je propose tes 7 points pour constituer le test final de succes. A celui qui repond (non et non, ce n’est pas de la misere sexuelle) a chacun de ces 7 point, a lui l’Europe, la residence, le developpement, etc.

          Mais je t’avoue que ce n’est pas toi qui m’as fait rire le plus ce matin, mais notre autre ecrivain Amin Zaoui (j’ai dit a plusieurs reprise sur Twitter qu’il devrait se consacrer a la literature). Il a publie un papier sur Liberte il y a 4 jours, que j’ai helas rate, mais en bon seigneur il l’a republie sur El Watan aujourd’hui.
          Enjoy!

  3. Wa3lah ya Mnarvi wa3lah?????
    Moi j’avais pris le parti d’en rire…. mais là je suis en colère!!!! Arghhhhhhhh!!!!!
    Amine Zaoui, s’en mêle aussi? Il s’emmêle les plumes on dirait… pas étonnant, il en est encore au “حبر و أوراق ” :p
    Il a visiblement écrit son….. de droite à gauche, pour le traduire ensuite de gauche à droite, c’est quoi ce charabia? Et moi je n’y comprends plus rien à cette affaire. D’un coté on nous dit que “ça se passe ici” et d’un autre on ne s’adresse, ou on ne s’inquiète que de ce que pensent ceux de la-bas.

    Même Shatz qui a repris sa griffe pour faire le résumé de “l’affaire KD”:/ nous dit lui aussi : “And though Daoud is hardly representative of the Algerian ‘masses’, he is no more in a ‘minority’ than the authors of the ‘collective’ are, and indeed much less so: he has a sizeable Algerian (and North African) audience, who delight in his audacity and wit, and even his rhetorical excesses. For them, he’s the classic impulsive rebel – Camus’s ‘homme révolté’ – who dares to say publicly what others will only think.”
    http://www.lrb.co.uk/2016/03/04/adam-shatz/the-daoud-affair
    Alors Daoud prophète en son pays finalement ou pas?
    Au lieu de poser des questions à l’occident “accidenté” hahaha, cherche tes réponses en orient Zaoui. Oui orienté peut-être… mais orient quand même. Comblixi va!!!!

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s