Thus Spoke Bouteflikstra


Our President has spoken at last! Yesterday, he addressed the nation on national TV, from Oran where he was on tour (not a music tour, a visit on the occasion of the nationalization of hydrocarbon resources and the creation of the General Union of Algerian Workers (UGTA)). Actually, the speech was more like a music concert as the crowd kept breaking into chants that went: “Bouuuteflika, Bouuuteflika, Oé, Oé, Oé!“. At some point, somebody shouted enthusiastically: “A fourth mandate!” (!عهدة رابعة), to which the President replied: Nobody is eternal. Only Allah is eternal“. The whole ambiance felt like that of a football match, but there was only one team on the pitch – Bouteflika’s team. Different groups of the audience were wearing different colors, they looked like supporters of different football  teams. They probably represented different organizations. Although the President enjoyed the cheers, at some point he seemed to get rather irritated that the zealous crowd didn’t let him string two sentences together. It appeared that they didn’t give a damn what the leader of the nation wanted to tell them! And it was indeed an extremely critical message, a message upon which the future of Algeria as a sovereign country depends: the upcoming legislature elections of May the 10th.

The main points of the speech were as follows:

  • The people of Algeria have a huge responsibility upon their shoulders: that of voting in the next legislature elections in order to spare Algeria foreign intervention.
  • Voting in the upcoming elections is a patriotic act that is equivalent to the revolution of November 1954. Indeed, just like the historic events of 1954 which initiated positive change for the Algerian people, the May the 10th elections will be another historical opportunity for the Algerian people to initiate change (without the help of the NATO).
  • The next Parliament will be more ‘representative’, more ‘diverse’, more ‘democratic’ and more ‘qualified’. It will be in charge of amending the Constitution.
  • The electoral law has been amended in order to ensure ‘regular’ and ‘transparent’ elections. Foreign observers will be present and the event will be covered by national and international media. In fact, the eyes of the entire world will be set on Algeria on May the 10th. Furthermore, an ‘independent’ national commission for surveillance of the elections has been set-up.

Don’t ask me about the logic of these points as I haven’t got the faintest idea myself. All I can say is, it is difficult to predict what impact the President’s appeal will have on the voters turnout in the next elections. In today’s issue of El Khabar newspaper, the readers’ comments on an article about the President’s speech were rather negative. This morning, I heard a funny comment on the radio. Some journalist went out to ask people whether they will go to vote on the 10th of May, and one girl replied: “To tell you the truth, I will not go to vote because I don’t really understand much in politics“.

The speech was in Arabic and it included many other points. Here is a French translation, courtsy of the APS (Algérie Presse Service):

“Chères sœurs,

Chères frères,

L’Algérie célèbre deux évènements marquants de son parcours pour le recouvrement de l’indépendance et le renforcement de sa souveraineté nationale, en l’occurrence l’anniversaire de la création de l’Union générale des travailleurs algériens le 24 février 1956 qui a encadré le combat des travailleurs et les a mobilisés autour de la cause nationale sous la bannière du Front de libération nationale dans le pays et en exil.

Nous célébrons aussi l’anniversaire de la nationalisation des hydrocarbures, le 24 février 1971, une décision historique intervenue en parachèvement de l’indépendance économique du pays qui a ainsi recouvré sa pleine souveraineté sur l’ensemble des richesses nationales.

Je suis heureux de partager avec vous la célébration de ce double anniversaire cher à nos cœurs et durant lequel nous évoquons avec fidélité et fierté les combats de travailleuses et travailleurs algériens et leur sacrifices continus le long des années de libération et d’édification pour saluer leur efforts inestimables, leurs positions vaillantes et leur engagement au service des grands objectifs nationaux.

En ce jour mémorable, je m’incline à la mémoire des martyrs de la liberté et du devoir national, du mouvement syndical national, de ses pionniers militants, d’Aissat Idir à Abdelhaq Benhamouda qui, au prix de leur vie, ont servi la patrie qu’ils ont placée au-dessus de toute considération, de toute sensibilité et de tout différend. Tous ces martyrs qui ont payé le tribut d’une Algérie libre, unie et prospère.

Je rends hommage à toutes les travailleuses et tous les travailleurs auxquels j’exprime ma considération et ma reconnaissance. L’occasion pour moi est également de dire à l’Union générale des travailleurs algériens ma gratitude et ma reconnaissance pour sa mobilisation continue au service du pays.

L’histoire de la nationalisation des hydrocarbures a été liée, sciemment et délibérément, à celle de la création de l’union syndicale nationale pour montrer que la prise de conscience syndicale était indissociable de la prise de conscience révolutionnaire qui croyait fermement que l’indépendance devait ne pouvait être que globale et que les richesses du pays gagnaient plus en valeur en valorisant le travail et la place des travailleurs qui en sont en fait les protecteurs.

Chères sœurs,

Chers frères,

Cinquante ans après le recouvrement de son indépendance nationale, notre pays a amorcé un parcours riche en réalisations et réformes avec tout ce qu’une telle entreprise implique comme défis exigeant de tous davantage d’unité, de mobilisation et d’efforts.

Le peuple algérien a beaucoup souffert. Il a consenti de nombreux sacrifices pour la liberté, la paix et la stabilité. Il a œuvré sans relâche pour concrétiser le développement global en faveur de toutes les régions du pays, un développement équitable et équilibré ayant pour finalité de garantir une vie digne à tous les citoyennes et citoyens.

Vous n’êtes pas sans savoir que notre pays a été le premier à mener l’expérience démocratique pluraliste dans des conditions internes des plus complexes qui ont coïncidé avec des mutations et des influences externes difficiles induites par une mondialisation fulgurante et envahissante.

Une étape rude et éprouvante pour le peuple algérien qui en est cependant sorti vainqueur et plus soudé sans l’aide de quiconque. Il en est effet sorti plus fort, après avoir tiré les enseignements, plus solidaire et plus tolérant dans le cadre de la concorde civile et de la réconciliation nationale, rejetant extrémisme et violence et bannissant à jamais la division et les aventures aux conséquences funestes en s’attachant davantage a son identité amazighe et arabo-musulmane et en se tournant résolument vers la modernité et la démocratie.

Notre pays a réalisé au cours des dernières années d’importantes avancées que seul le profane ou l’ingrat seraient tentés de nier. Le pays a franchi des pas importants sur la voie des réformes politiques qui ont été consolidées par des décisions nouvelles portant sur la modernisation de l’arsenal législatif qui sera suivie par la révision de la Constitution dans l’objectif d’emboîter le pas a l’évolution somme toute normale de notre société, répondre aux attentes légitimes et, surtout, pour se mettre au diapason des mutations en cours de par le monde.

Les réformes engagées ambitionnent d’élargir la démocratie participative et représentative et de consolider les droits et libertés individuels et collectifs des citoyens de manière à conforter les fondements de l’Etat de droit et consacrer la démocratie en tant que choix irréversible.

“Mesdames, messieurs,

Notre pays passe par une période d’édification et de renouveau, dans une conjoncture internationale marquée par des mutations politiques, des tensions sécuritaires, des crises économiques et des interventions étrangères. Une période sensible tant sur le plan interne qu’externe qui impose de composer avec ses exigences avec sagesse et sérénité, confiance et optimisme, à la lumière des orientations et des priorités de la stratégie nationale.

Le peuple algérien a atteint un niveau d’éveil, de conscience et de maturité qui lui permet d’appréhender les dimensions et les défis du contexte actuel. Il saisit l’importance des échéances et des engagements qui l’attendent et exprime ses revendications et ses préoccupations avec responsabilité sans succomber aux sinistres tromperies ni aux comparaisons fallacieuses qui nous ramènent à une période funeste que le peuple algérien a définitivement dépassée.

Dans le contexte du renouvellement des institutions de la République, les prochaines élections législatives revêtent une importance capitale car s’inscrivant dans le parachèvement du processus de réformes politiques. Celles-ci constituent un point d’appui solide pour les grands programmes de développement engagés et dont les effets positifs sur la vie des citoyennes et des citoyens sont palpables.

Le prochain scrutin connaîtra une large participation des partis, y compris ceux nouvellement agréés, pour donner naissance à un parlement démocratique et pluraliste. Un parlement que nous souhaitons plus représentatif, plus diversifié, plus qualifié et surtout plus à même de poursuivre sa mission législative d’adaptation et de développement du dispositif législatif du pays, notamment l’amendement de la Constitution, en adéquation avec les mutations que connaît la société, la progression des réformes politiques et les exigences du développement accéléré.

Chères concitoyennes,

Chers concitoyens,

Les sociétés ne sauraient prétendre à l’essor dans un climat de verbiage, de dispersion et d’anarchie. L’essor des sociétés passe par l’opinion constructive, l’acte créateur, la cohésion et le rassemblement autour d’objectifs nationaux majeurs. Le moment est venu d’opérer un changement qualitatif dans la mentalité et les comportements.

Le moment est venu de rompre avec les mauvaises habitudes et les pratiques négatives telles que le laisser-aller, la négligence et bien d’autres vices qui ne siéent guère à un pays engagé dans un projet de développement d’envergure et une démarche de modernisation ambitieuse et qui aspire à une place de choix parmi les nations.

La réussite des élections demeure tributaire du niveau de participation des électrices et des électeurs au scrutin. Cette participation doit être le souci de tout un chacun. L’administration est, quant à elle, tenue de réunir les moyens nécessaires et les conditions idoines, mais il appartient, en premier lieu, aux partis de mobiliser de larges franges du peuple et de gagner les voix des électeurs.

Le mouvement associatif a, lui aussi, une part de responsabilité en assumant son rôle vital d’encadrement et de sensibilisation des citoyens. Les médias, tous types confondus, ne sont pas en reste puisqu’ils ont pour devoir professionnel et national d’informer et de sensibiliser les citoyens à l’importance et à la portée du scrutin.

Les partis doivent être à la hauteur de cette échéance nationale, en proposant des programmes utiles et des candidates et candidats compétents et crédibles, capables d’attirer et de convaincre les électeurs et de contribuer au développement de la société et au renforcement des institutions de l’Etat.

“La réussite des prochaines élections, en ce qu’elles constituent une mise à l’épreuve de la citoyenneté et de la démocratie, permettra, d’une part, de raffermir la relation entre le citoyen et les institutions constitutionnelles, de renforcer la confiance des électeurs en les élus et de conforter la crédibilité des assemblées élues, contribuant ainsi davantage à la construction et au renouveau national. Ces élections imprimeront, d’autre part, une dynamique au processus de réformes politiques en cours pour donner la preuve d’une prise de conscience nationale et d’une avancée démocratique incontestable. Tel sera le message de l’Algérie au monde entier.

Dans le souci d’assurer des élections régulières et honnêtes, la loi électorale amendée récemment prévoit plusieurs dispositions à même de garantir la neutralité de l’administration et la transparence du scrutin. Des mesures auxquelles viennent s’ajouter la forte présence d’observateurs étrangers et une couverture médiatique nationale et internationale large et libre.

J’ai, à cet effet, donné des instructions à toutes les parties concernées, à savoir l’administration, les magistrats et les commissions de surveillance indépendantes afin que la loi soit respectée et appliquée rigoureusement, que chacun assume pleinement ses responsabilités et que toute partie qui contrevient à la loi, faillit à son devoir professionnel ou entrave la régularité des élections soit sanctionnée.

J’insiste sur la neutralité totale de l’administration et le sérieux des commis de l’Etat dans l’accomplissement de leurs missions et leur plein engagement à l’application de la loi et à la mise en œuvre des décisions de justice.

La supervision judiciaire du processus électoral sera un véritable test de la crédibilité de la justice et une opportunité pour renforcer son rôle vital dans la consécration de la démocratie et la promotion des droits politiques dans la société, en garantissant la transparence du scrutin et la compétition loyale et libre entre les différentes forces politiques. Une telle démarche contribuera à la réussite des prochaines échéances politiques et permettra de mener le processus de réformes à bon terme.

Il convient également de rappeler que la loi garantit à tous le droit d’introduire des recours devant les parties compétentes qui prendront les mesures nécessaires conformément aux lois en vigueur. Le Conseil constitutionnel examinera les résultats et tranchera les recours, de manière à garantir la régularité du scrutin. Ses décisions sont sans appel et contraignantes pour tous.

“Chères concitoyennes,

Chers concitoyens,

Voter est un droit et un devoir constitutionnel. Un acte qui dénote d’un engagement national et d’un sens de citoyenneté et de civisme. Je souhaite que vous y participiez pour exprimer votre libre choix et faire entendre votre voix influente. Il ne faut pas laisser les autres choisir à votre place et décider de votre avenir en votre absence.

A tous les travailleuses et travailleurs de l’Algérie, piliers d’un développement fort et solide et aux autres, agriculteurs qui sèment les graines de la prospérité en terre d’Algérie, bientôt vous serez au rendez-vous électoral comme vous êtes aujourd’hui et comme vous avez été de tout temps, mobilisés, solidaires, engagés et fidèles à votre devoir national pour exprimer votre voix et votre libre choix.

La jeunesse est l’enjeu majeur de l’avenir du pays. A cette génération de l’indépendance et à ceux qui participent pour la première fois à ces élections je dirais qu’ils sont la richesse de la Nation. Porteurs des espérances du pays, ils sont les bâtisseurs d’un lendemain prometteur.

Aptes à relever le défi, comme vos prédécesseurs parmi les vaillants combattants et les martyrs, ne ratez pas cette opportunité pour prouver que vous êtes une génération plus consciente et plus engagée. Soyez au rendez-vous pour confirmer votre forte adhésion à la vie politique qui vous permettra de concrétiser vos aspirations, de participer à la promotion des principes et valeurs de la République et d’édifier la société moderne à laquelle vous aspirez.

La femme a réalisé, grâce à ses efforts, ses sacrifices et sa résistance extraordinaire pendant de longues années face à la machine meurtrière et destructive de la décennie noire, d’importants acquis dans différents domaines. Cependant, sa participation effective à la vie politique est restée en deçà des attentes.

C’est pour cela que nous avons intégré à la faveur de la dernière révision de la Constitution, un nouvel article dans le sens de la +promotion des droits politiques de la femme à travers l’élargissement de ses chances de représentation au sein des assemblées élues+.

Les mécanismes d’application de cette disposition, conformément à la loi organique adoptée récemment, ne représentent qu’un premier pas, compte tenu de considérations et entraves socio-culturelles objectives, dans une démarche que nous comptons mener à terme pour permettre à la femme d’occuper la place qui lui sied au sein de la société et des Institutions de l’Etat.

“Je voudrais à cet égard signaler que les parties en charge de l’application de cette loi organique, au niveau de l’Administration et des partis, doivent tenir compte de l’esprit et de la lettre de la Constitution qui vise essentiellement à encourager la femme à participer à la vie politique et élargir sa contribution à l’édification démocratique.

Il s’agit en effet de libérer son potentiel créatif et de conférer davantage de force et de cohésion à la famille et à la société algériennes. Il convient donc d’impliquer la femme dans ces élections de manière à élargir sa représentation dans le prochain Parlement.

La réalisation d’un tel objectif reste dans tous les cas tributaire de la volonté et de la mobilisation de la femme que j’invite à intégrer l’action associative et partisane, tout comme je l’invite à participer massivement au scrutin. Cela lui permettra sans nul doute de multiplier ses acquis et de contribuer à la réussite des réformes et des prochaines échéances politiques.

J’invite également les membres de notre communauté nationale à l’étranger, dont je salue l’engagement permanent en faveur du devoir national, à participer massivement aux prochaines élections comme ce fut le cas lors des précédentes échéances, afin d’exprimer son attachement au pays et confirmer sa fidélité habituelle et son soutien précieux et constant à l’Algérie dans son processus démocratique et de développement.

L’Etat puise sa légitimité de la volonté du peuple qui exerce sa souveraineté à travers les institutions constitutionnelles qu’il choisit. Le vote est une position et un engagement qui permet d’exprimer une opinion, quelle que soit l’appartenance et le choix de l’électeur. C’est un acte positif, bénéfique et important. C’est un droit et un devoir constitutionnel auquel il ne faut jamais renoncer.

Les élections nationales sont des choix politiques qui ont des dimensions importantes et des répercussions sur la vie des citoyens et le destin de la Nation. Je demeure confiant en la sagesse du peuple algérien qui a, de tout temps, fait preuve de comportement exemplaire et relevé les défis. Un peuple fidèle à ses engagements et toujours présent lors des grands évènements pour accomplir son devoir national au service de la patrie”.

 Abdelaziz Bouteflika, président de la République

16 thoughts on “Thus Spoke Bouteflikstra

  1. So to make a long speech short, if ever we are invaded by the NATO it will be the population’s fault. He used this some years ago when the US invaded Iraq and he told us (it was a meeting in the South) that we were on the list too and he was there to save us.
    I am fed up already, I think I am going to boycott politics till May 11th.

    Bouteflikstra is contraction of Bouteflika and extra or Bouteflika and flexy?

  2. At some time, eyes, ears and brain reach the saturation point…
    The same bullshit coming from the same liars that had ten thousands opportunities to show that they have a true concern for the fate of their people, their country, its institutions and missed them all…
    This guy has been chosen in 1999 because of his main supreme quality… the most important in the eyes of his promoters : he hates democracy and does not believe that the populace can decide for anything… He has met all their expectations since…

    • Qatkhal

      All very true, but there is something very serious about these elections. I have never seen the authorities so engrossed in an election before. On top of obsessing about abstention, they have changed the relevant laws in a record time! Nobody knows what these rushed ‘reforms’ are about and nobody knows what exactly in the Constitution the newly elected parliament will change. These elections will decide the future of Algeria for the years to come I think. We will either end up with a police state or a variant of the Arab Spring. I think a revolution is unlikely so it looks like the police state will be the outcome.

      • This record time worries me! The local government managed to issue passports in a “record time” to people to go to Oum Derman; but they later found out that they should have been more careful as some of the travelers had a criminal record. So, I am rather wary of these hasty reforms.
        I agree with you that the elections are being taken seriously, but shouldn’t they have started these reforms earlier? may be after the Libyan conflict started. Our rulers just want to satisfy the US and co. and prevent an Algerian “Arab Spring” (I hate this expression, it does not mean anything, It is sad how we cannot even have our own nomenclature for our revolutions!).
        The problem here is not about voting or not, but rather who to vote for. Most people are complaining about having to vote for the same people, I personally want to see different faces but there are none. Also, I hear that in our parliamentary elections, you choose the party rather than an individual, so you have to vote for a bunch of people whom you know nothing about.

        • Hear hear Pandora, you’re right and all this is just another indicator that the ‘Pouvoir’ hasn’t really learnt any lessons. Let’s wait and see.

  3. Forgot to say, these elections will be no different from the ones before, the usual suspects of FLN, RND, and Hamas will gain the majority of seats, as as there is no one else to vote for. I know that most of the older generation will vote for FLN. I do not know who would vote for RND but there will certainly be some old people who cannot tell the difference between FLN and RND ( I myself do not know the difference). and Ex FIS militants will voste for Hamas. It is just a waste of money as the same faces will be re-elected, billions going down the drains, that’s what it is.

  4. Algerianna, I quote you:”Nobody knows what these rushed ‘reforms’ are about and nobody knows what exactly in the Constitution the newly elected parliament will change.”

    This is exactly the way this system has always done it. Secrecy, rumors, delusion and deception are the pillars of the entire system: regime and partis all together during 50 years. This is another manipulation. No voting strategy is going to do any good but boycott. For once it is easy for us to give them exactly what scares them most. Massive boycott. Spread the word and let’snot vote!
    PS: the recent appearence of Ali Belhadj (what a dumbass) in the streets of Kouba is in my view another desperate manipulation attempt to scare people with what happened in the 90s.

    • I say let’s vote🙂 just kidding or not just kidding NOT
      now are you are confused
      Can you run as an independant?
      I bet most people here do not know who is in Parliament and who is representing you.
      Democracy is not a panacea look at Greece and spain and generally the Euro zone versus let’s say china’s economy
      the big solution is to be against corruption.
      I think we should take a step back and look at the whole situation are we criticising or are we insulting. One helps us to reach a solution and the other radicalizes and divides people.
      what ever Boutief’s intentions only Allah knows about that but at least he has some balls to go to that podium
      that is a good thing Right😉

  5. I agree with قط أكحل speaking about the hypocrisy of Fakhamat Errais Abdelaziz Bouteflika. Although, should we lose more time by continiously looking back to our inglorious last 20 years and giving in to our skepticism (which is actually very healthy)? I do hear Pandora when he points out the real question here: who to vote for. But all in all, i truly believe this is an important date we’re not allowed to miss. I mean, dont complain about the disastrous situation the coutry is experiencing when you obviously dont care and refuse your part of the job. You have no right to whine afterwards, just go ahead and save your ”mechi bled” comments and your ”allah gahleb” excuse.

  6. I see El7arrag argues that these elections are important, and algerianna says she thinks they will decide the future of the country. But noone says why. And please don’t tell it’s because Bouteflika says so.

    All I can see, but I am ready to look elsewhere if you show me, is another manipulation. The result of these elections will of course be different vs. 2007. Many new parties have been created w mazal, and Bouteflika said the new parliament will be more representative. Which means to me that all these parties will get a share in it regardless of what the voters will put in the boxes. But did you look at these new parties (we know the old ones already). There are 4 or 5 created by former RND board members. Others by a dissident of MSP and of course Djaballah. Some, such as Amara Younes, who supported Bouteflika in 2009 is awarded the right to have his own party. Another president of martyrs’ children organisation created his own party (he must be the third to use this organisation for the same purpose). The RCD decided to boycott because the FFS will probably participate, or the other way around. They brought back the PRA, etc.
    Oh and yeah, thanx Eljin for mentioning it, when I saw the demonstration on Friday in Kouba with Belhadj friends using their old slogans I thought dear we’re back to 89 and 91. The fact they keep arresting Belhadj every other day is definitely a way for them to tell us be careful, do as we say or we’ll let this man loose.

    The only difference I see is the new parliament will look more diverse, when it is highly consanguine. It will look more legitimate because the turnout will higher than in 2007. But, just like its predecessor, it will vote any of the government’s projects as usual without discussion, while enjoying their monthly 300kDZD. Bref, no important elections ni sidi zekri.

    Another point about algerianna’s comment on very fast reforms. I believe they took their time… Look at the very fast pseudo reforms in Morocco, riots + law change + elections + results in about 6 months. Hna, they consulted the civil society (a member of which left the RND and got his party approved) and blah blah blah… 3yit.

    PS: Pandora, one could argue that the RND is more liberal and less Islamist than the FLN, but the truth is, the FLN is the party of the discreet arrivistes/opportunistes and RND members are less ashamed about being arrivistes/opportunistes so ydirouha 3ini 3inek.

    • MnarviDZ

      By ‘decide the future of Algeria’, I mean it will decide how long the current system will persist. You only have to look how the system is engrossed in these elections and the nature of the ‘reforms’ which have been introduced to realize this. Most of the ‘reforms’ are repressive and reinforce the hold of the State on civil society. I think we can infer that the nature of the changes to the Constitution the newly elected parliament will be in charge of introducing will be along the same lines. And you correctly pointed out, the parliament will approve any changes that are proposed by the President or the powers that be.

      I don’t think it is just another election, this one is different and it will hit the last nail in Algerian democracy coffin. The question is how long will it take the people to react and how the dynamics which have arisen since the Arab Spring will affect the Algerian situation. Many analysts are interested in this question, but the answer is really not easy and only time will tell.

  7. I’m not Algerian but am interested in the history and politics of Algeria and am encouraged to see such a lively debate on those issues, at least on this blog! I wonder how many of the “martyrs” Bouteflika evokes would even recognise Algeria today, let alone support what the ‘pouvoir’ (who, let’s face it, have a very selective view of the legacy of the revolution) have done with it?
    I think if I was in the beautiful and proud city of Oran listening to Bouteflika’s speech the other day, I would have been scratching my head asking myself a few questions I doubt i’d get a politician to give a straight answer to: ‘What’s the point of a worker’s union for the unemployed masses?’ ‘What has the ‘nationalisation’ of hydrocarbons done for me?’ ‘what’s with the pseudo-socialist ideology of the travailleuses and travailleurs when so many are sans-emploi (or sans papiers in Europe)?’ and ‘Did you not tell us already our Republic was “democratique”?’
    Whatever your political persuasion, I would strongly support a high degree of scepticism of Bouteflika’s speech and if I were Algerian, I’d be insulted he thought I’d be so dumb as not to see through the propaganda!!
    Keep up the flow of information and the debate. I saw no coverage of this on UK news! Good job!

    • mikanqueen

      You may not be Algerian but you ask questions which all Algerians are asking! You’re right, it’s a joke when the president promises that the upcoming elections will be transparent and democratic, it is like a confession that the previous ones weren’t!

  8. Ana, wa a3oudhoubillahi min kalimat ana🙂
    Assou2al alladhi attra7ou8ou 8ouwa : comment pourrais-je voter pour un parti qui vient juste de naitre, alors que je ne le connais même pas? Ou que je n’ai pas encore eu le temps (le privilège ou l’honneur) de connaitre. Certains partis “nouveaux-nés” (ou morts-nés?) n’ont pas encore obtenus leurs agréments que déjà ils sont sur le devant de la scène… qui sont-ils? d’où viennent-ils? et pourquoi leurs leaders (bien connus ceux-là) veulent-ils nous convaincre qu’ils seront plus efficaces qu’ils ne l’ont (pas) été ailleurs dans leurs anciens partis? Pourquoi autant de partis? Ah oui…. pour une meilleure représentativité…. de qui? de quoi?
    Désolée…. je viens de me rendre compte que je pose plus qu’un sou2al, innaha ass2ila mouta3addida :-)))

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s